«Arrêtez», ordonna une voix comme la porte de la salle de bain s'ouvrait. Renée se figea comme le sang montait à son visage. «Vous n'êtes pas une serveuse. Que faites-vous ici ? »

 

Le cœur de Renée battait follement et presque douloureusement dans sa poitrine. Toute sa carrière passa devant ses yeux. Elle avait été prise sur le fait et elle le savait. S'il découvrait qui elle était, la rapporterait-il à la direction? Elle ne pouvait pas en être sûre. S'il le faisait, la ferait-il également congédier? Pas si elle pouvait le convaincre de ne pas le faire. Parmi tous les gens dans la salle, il l'avait remarquée, n'est-ce pas? Eh bien, peut-être qu'il ne l'avait pas remarquée. Mais certainement, elle devait au moins essayer de sauver son emploi. N'est-ce pas?

 

« Retournez-vous,» ordonna-t-il.

 

Sa voix était riche et imposante. C'était comme si on ne lui avait jamais refusé quoi que ce soit dans sa vie. Elle serra ses poings en essayant de rassembler son courage. Mais quand elle se retourna, ce qu'elle vit lui coupa le souffle.

 

Il était torse nu, révélant des abdominaux bien définis et un corps élancé. Sa peau pâle arborait des tatouages tribaux et son jean ajusté présentait un renflement qui lui fit ouvrir la bouche de convoitise. Elle leva les yeux vers lui et son regard accéléra le rythme de son cœur. Elle pouvait sentir la chaleur s'accumuler en elle, elle lutta pour se ressaisir comme l'attrait de l'homme devant elle s'exerçait pleinement sur elle.

 

Les coins de sa bouche se soulevèrent légèrement dans un demi-sourire qui semblait suggérer qu'il la reconnaissait pour l'avoir vue dans le hall. «Vous ne travaillez pas dans la cuisine», dit-il, pas tout à fait une question, mais presque.

 

«J'y travaille», lâcha Renée nerveusement. Elle pressa ses mains contre ses cuisses et souhaita que ses paumes arrêtent de transpirer. Le regardant, elle constata qu'il ne semblait pas en colère. Il semblait amusé. Il ressemblait à un chat qui avait attrapé une souris.

 

«Bien sûr,» répondit-il, son sourire devenant plus prononcé. Il l'examina de la tête aux pieds lentement. Quand ses yeux retournèrent à son visage, il leva la main. « Enlevez cette veste. »